bibliographie commentée

BIBLIOGRAPHIE COMMENTEE

 

 

Il existe à notre connaissance que peu d’ouvrages sur les adultes surdoués.C’est pour cette raison que cette bibliographie comprendra aussi des livres sur les enfants doués, ceux qui nous semblent pouvoir être utiles aussi aux adultes dans la compréhension de la douance.

 

 

– Jeanne Siaud- Facchin, Trop intelligent pour être heureux, l’adulte surdoué, Odile Jacob,mars 2008. Ce livre  fait suite à un livre sur l’enfant doué qui a remporté un grand succès auprès des adultes surdoués. L’auteur y aborde le devenir de la douance à l’âge adulte, le sentiment de décalage persistant, comment se reconnaitre surdoué afin de mieux profiter de ses ressources personnelles et être mieux dans sa vie.

 

– Jeanne Siaud- Facchin, L’enfant surdoué, l’aider à grandir, l’aider à réussir, Odile Jacob, 2002 ( il existe une version en poche aujourd’hui)

Ce livre fait le point sur le fonctionnement cognitif de l’enfant surdoué  ainsi que sur que sur la psychologie de l’enfant surdoué. Ce livre, de tendance cognitive, est essentiel pour comprendre en quoi le fonctionnement intellectuel et la psychologie, l’affectivité de l’enfant surdoué diffère des autres enfants de son âge.

 

– Arielle Adda, Le livre de l’enfant doué, Solar, 1999. Ce livre, écrit par une spécialiste reconnue de la douance, est avant tout une approche sensible de l’enfant doué et de sa psychologie, il parlera surtout à ceux qui s’intéresse à la psychologie intime de l’enfant surdoué.

– Arielle Adda, Hélène Catroux, L’enfant surdoué, l’intelligence réconciliée.  Cet ouvrage, écrit par une psychologue et une psychopédagogue, consacre un chapitre à l’adulte doué. Il fait le point sur la psychologie de l’enfant et de l’adulte doué, avec une approche concrète de la pédagogie à employer avec l’enfant doué.

 

-Jean -Charles Terrassier, Les enfants surdoués ou la précocité embarassante, ESF, 7 ème édition actualisée, 2006. Ce livre, écrit par le fondateur de l’ANPEIP, association pour les enfants précoces, parle essentiellement des moyens de répérer les enfants surdoués et des attitudes à adopter façe à un enfant surdoué.

 

Ellen Winner,Surdoués, mythes et réalités, Aubier, 1997.  Cet ouvrage, écrit par une professeur de psychologie à Harvard, met à plat tous les mythes et les fantasmes qui courent sur les enfants surdoués. L’auteur montre combien le monde des surdoués est beaucoup plus complexe et divers que les préjugés à leur propos ne le laissent souvent entrevoir.

 

-Catherine Weissmann- Arcache, Les surdoués, du bébé à l’adolescent, les destins de l’intelligence, Belin, 2009.  Ce livre, dont l’auteur est en enseignant- chercheur à l’université de Rouen et psychologue- psychanalyste, propose une vision de l’enfant surdoués selon un angle pyschodynamique et psychanalytique.

 

Tod Lubart dir., Enfants exeptionnels, précocité intellectuelle, haut potentiel et talent,

Bréal, Amphi Psychologie, Bréal, 2006. Cet ouvrage, coordonné par un  professeur de psychologie de  Paris V, est un manuel à destination des étudiants en psychologie sur la question de la douance. Il fait le point sur les connaissances sur cette question en 2006 avec des spécialistes issus de divers horizons. Chaque chapitre comporte une bibliographie exhaustive.

 

– Pélagie Papoutsaki, Enfant surdoué, adulte créateur ?, L’Harmattan, 2006. : » L’auteur rejette ici les conceptions descriptives ou déterministes du surdouement et montre comment la réponse sur la question « Enfant surdoué, Adulte créateur ? » peut être affirmative et comment le conformisme social peut la rendre négative. » Ce livre, qui a pour auteur une docteur en psychologie, n’est pas de lecture très aisée. Cependant,  il apporte malgré tout  des réflexions intéressantes sur la douance et son avenir à l’âge adulte, à travers l’hypothèse de l’autonomie des quatre traits (doublement anticonformiste, minoritaire, fort et précoce) qui, selon l’auteur, caractérise  l’enfant surdoué.

 

Martin Page,  Comment je suis devenu stupide, Le Dillettante, 2001. Ce roman narre l’aventure d’un adulte doué qui essaye désepérement de faire son trou dans la société et de se faire accepter. un chef d’oeuvre d’humour et une vraie réussite. A conseiller à tous ceux qui, doués ou non, connaissent un moment de blues.

 

ET SI ELLE ETAIT SURDOUEE, un guide pour sensibiliser les parents, les enseignants et les autorités scolaires, de Doris Perrodin- Carlen, Lucerne, Edition SZH/CSPS, 2007 2ème édition, 119 p.

 

 

 

Ce livre est le bienvenu dans le domaine de la littérature sur la douance, où on lit encore trop souvent que qu’un douant est un garçon, aîné et bon en math. Il renverse bon nombre d’idées reçues et l’on n’y apprend entre autres que si parmi les enfants officiellement détectés comme surdoués il y a 70 % de garçons et 30 % de filles, c’est que les outils fabriqués pour détecter les surdoués sont conçus très majoritairement sur le modèle de la douance au masculin, ce qui ne correspond pas forcément aux caractéristiques des filles surdouées.

Cet ouvrage se penche d’abord de façon fort intelligente et instructive (et en faisant état de recherches en langue allemande ce qui est très rare et précieux) sur la définition du haut potentiel ainsi que sur les différences psychologiques existant entre filles et garçons surdouées. Il comporte un chapitre très utile sur la douance au féminin chez les adultes, à souligner car c’est le seul à ma connaissance à porter sur ce sujet.

La fille surdouée se conformera plus à ce que l’on attend d’elle, elle essayera plus que le garçon de se couler dans un moule, quitte à étouffer ses possibilités, du coup sa douance, moins bruyante que celle du garçon, passera plus inaperçue. Mais à l’adolescence, gare, car c’est souvent là, à partir de 14-15 ans que la fille surdouée n’en pourra plus de cette conformité qui l’étouffe et c’est la possibilité alors de dérives vers des conduites à risques (toxicomanie, délinquance) ou des troubles psychopathologiques comme la phobie scolaire. L’auteur parle en particulier chez la fille à haut potentiel de la crainte de l’échec comme un des moteurs susceptibles de déclencher des troubles psychologiques.

Ce livre se termine enfin sur des conseils aux parents et aux enseignants pour élever et instruire des filles surdouées.

 

LE DESSIN DES ENFANTS A HAUT POTENTIEL, sous la direction de Grégory Nevoux et Sylvie Tordjman, Rennes, Presses Universitaires de Rennes (P.U.R), 2010, 149p.

 

Cet ouvrage est réalisé par des psychologues et des psychiatres intervenant au sein du Centre National d’Aide aux enfants et aux adolescents à Haut Potentiel (CNAHP). Il est donc écrit par de spécialistes connaissant bien le champ de la douance et de ses problématiques et c’est appréciable.

 

Ce livre fait le point à la fois sur la notion d’intelligence et de qi et sur la notion de créativité, et s’attache à voir quels peuvent être les points communs et les divergences entre ceux deux notions. Cette étude, en particulier, cherche à cerner la notion de créativité en général, en relation avec le développement psychique de l’enfant, à haut potentiel ou pas. Si l’on apprend des choses sur les liens entre haut potentiel et facultés créatives, on étudiera aussi les liens entre créativité et troubles psychiques de l’enfant ( la bibliographie, notamment, apporte des connaissances bibliographiques importantes sur le sujet en français et en anglais).

Il y a dans cet ouvrage beaucoup de reproductions de dessins d’enfants, ainsi que beaucoup de schémas qui rendent la démonstration plus vivante et plus compréhensible.

Ce livre est une bonne source de renseignements pour qui voudrait en savoir plus sur la créativité, en pas uniquement en rapport avec le haut potentiel.

 

 

Cecile Bost (2011), Différence et souffrance de l’adulte surdoué, Paris, Vuibert.

 

Cet ouvrage, écrit par une personne surdouée elle – même, est le résultat d’une enquête sur ce que dit la science de la douance. Il fait également la part belle aux témoignages de surdoués eux- même, et permet de mieux comprendre la zébritude vue de l’intérieur.

 

 

Monique de Kermadec ( 2011), L’adulte surdoué, apprendre à faire simple quand on est compliqué, Paris, Albin Michel.

 

ce livre, écrit par une psychologue clinicienne, est un utile contrepoint au livre de Jeanne Siaud-Facchin pour qui veut comprendre la psychologie de l’adulte surdoué. Il sera profitable tant aux adultes surdoués eux- mêmes, qui pourront y trouver des pistes pour mieux se comprendre, qu’à leur entourage, qui pourra y puiser des clés pour mieux vivre avec les zèbres.

 

Christel Petitcollin ( 2010), Je pense trop, comment canaliser ce mental envahissant, Paris, Guy Tredaniel.

 

Cet essai, écrit par une professionelle du développement personnel, trace le portrait de la personne « surefficiente », en décrivant les caractéristiques psychologiques de la personne surdouée. Il fait appel à des données scientifiques ainsi qu’à des vignettes cliniques tirées de la pratique de l’auteur. Enfin, il apporte des conseils aux « surefficients » pour mieux vivre leur douance.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s